L'hydrocution ou choc thermique : la comprendre pour mieux s'en protéger !

L'hydrocution ou choc thermique est la réaction du corps à un brusque changement de température. Par exemple, lorsque l'on se jette dans l'eau après une longue exposition au soleil. Voici nos conseils pour l’éviter et bien réagir si vous en êtes témoins.
""

Qu'est-ce qu'une hydrocution ?

L'hydrocution est une syncope due à l'immersion dans l'eau. C’est un terme populaire, désignant une perte de connaissance, un malaise provoqué par un choc thermique. Médicalement, on parlera plutôt d’accident syncopal ou de malaise vagal.

Elle survient donc suite à un brusque changement de température : lorsqu’il est chaud (à cause du soleil, de la température extérieure élevée ou d’un exercice physique), le corps humain va laisser se dilater les vaisseaux sanguins situés sous la peau, afin d’évacuer une partie de la chaleur corporelle. Le rythme cardiaque augmente également afin d'accélérer ce refroidissement.

Exposé à un froid soudain, le corps va bloquer ce mécanisme pour préserver sa température en contractant subitement les vaisseaux sanguins périphériques. Cette augmentation de la pression artérielle entraîne un ralentissement du cœur et la diminution de l’afflux de sang au cerveau, ce qui peut provoquer un malaise vagal voire un arrêt cardiaque.  

Quels sont les facteurs de risque d'une hydrocution ?

L’hydrocution aura plus de probabilité d’arriver si le corps est chaud : sieste ou exposition prolongée au soleil, footing en milieu de journée, etc. La consommation d’alcool - et l’effet vasodilatateur qu’elle induit - est un autre facteur aggravant.

Attention aux idées reçues : la baignade après avoir mangé ne semble pas être un facteur de risque direct d’hydrocution. En revanche, le malaise vagal peut être accompagné de vomissements, d’autant plus lorsque la personne est en pleine digestion. Si le fait d’aller à l’eau après un repas ne va donc à priori pas entraîner d’hydrocution, cela peut néanmoins compliquer le secours de la personne en cas de vomissement, notamment la nécessité de maintenir les voies respiratoires libres (voir plus bas). 

Comment éviter l'hydrocution ?

Il faut éviter les changements brutaux de température. Pour cela : 

  • Après une exposition prolongée au soleil, entrez prudemment et progressivement dans l’eau.
  • Ne vous amusez pas à jeter quelqu’un à l’eau.
  • Mouillez vous la nuque, le ventre, la tête ou les bras avec de l’eau froide pour permettre au corps de s’habituer à la fraîcheur de l’eau.      
  • Portez une combinaison pour la pratique des sports nautiques même s’il fait chaud. La différence de température entre l’air et l’eau peut occasionner une hydrocution.

Que faire en cas d'hydrocution ?

En cas de malaise d’une personne à vos côtés dans l’eau, voici les bons gestes à adopter : 

  1. Gérer la victime : il s’agit de maintenir ses voies aériennes hors de l’eau afin de lui permettre de respirer. 
  2. Gérer le retour : il faut demander si possible rapidement de l’aide autour de vous ou auprès des sauveteurs présents sur le plan d’eau, ou le cas échéant, ramener seul.e  la victime au bord. Maintenez la tête de la personne hors de l’eau si vous en êtes capable. Ne prenez pas le risque de vous mettre en difficulté si vous n’êtes pas sûr.e de vos capacités (cela ferait deux accidents au lieu d’un).
  3. Sécuriser la personne : si la personne est inconsciente, installez-la sur le côté afin de ne pas bloquer sa respiration 
  4. Prévenir les secours : si le malaise a eu lieu en mer et que vous êtes sur un bateau, il faut appeler le canal  16  sur la VHF ou composer le 196 sur un téléphone. Si vous êtes à la plage, faites le 15, le 18 ou le 112. 
Numéro d'urgence en mer : 196 par téléphone ou canal 16 par VHF