Phénomène des baïnes et recommandations pour ne pas se laisser entraîner par ces courants

Les courants de baïne ou bâche au bord de la mer peuvent être très dangereux car ils éloignent les nageurs du rivage. Les Sauveteurs en Mer vous en disent plus sur leur formation, comment les repérer et ce qu’il faut faire si l'on est pris au piège.
courants-photo-sonia-schuller-bourdon
Légende
Photo : Sonia Schuller Bourdon

Qu'est-ce qu'un courant de baïne ou bâche ? 

Première précaution de syntaxe : si le terme baïne tend à s’imposer dans le milieu nautique, il est utilisé historiquement dans le Sud-Ouest, où il signifie “petite bassine”. On parle de “bâche” dans le Nord de la France ou de “pouldour” en Bretagne. Pour plus de simplicité, nous reprendrons dans cet article le mot “baïne”.

Une baïne, c’est donc une bassine, un trou dans le sable formé le long de la plage sur une largeur très variable. Ce peut être des cuvettes ou des flaques dans lesquelles les enfants aiment patauger (car l’eau stagne et peut y être plus chaude…) tandis que certaines peuvent faire des dizaines ou des centaines de mètres de longueur, voire plusieurs kilomètres. On peut les voir à marée basse lorsqu’elles sont près de la plage. 

Le principe est assez simple : lorsque de l’eau rentre dans la baïne, elle finit par déborder lorsqu’elle est pleine, sous l’effet des vagues et de la marée. C’est à ce moment que se crée un fort courant de sortie de baïne, ou courant d’arrachement. La mer se retire du trou et entraîne les nageurs vers le large. Même un très bon nageur ne peut y résister et il s'épuisera inutilement à essayer !

Quand se forment les courants de baïnes ? 

Il n’y a aucune règle clairement établie. Les baïnes peuvent se remplir lorsque la marée est  montante ou descendante ou sous l’effet de vagues déferlantes latérales. La topographie peut également jouer sur le moment et la vitesse de remplissage. Le courant se crée quand la cuvette est trop pleine et doit déborder. Qu’on ait l’impression de bien connaître la plage parce que l’on y vient depuis 20 ans ne change rien : on ne sait jamais exactement quand et à quelle vitesse le phénomène peut se produire. 

Où se forment les courants de baïnes ?

On ne peut pas précisément prévoir où les baïnes se forment et donc la zone du courant d’arrachement qui peut en résulter. Leur position est variable en fonction de la saison, de l’action conjuguée de la mer et du vent ou encore de la présence à proximité d’un estuaire, de son débit, etc. Même si l’on fréquente une plage depuis des années, l’endroit où la baïne peut se former n’est jamais forcément le même. 

Comment repérer les baïnes ?

Il faut faire attention aux cuvettes et aux flaques, notamment celles où les enfants s’amusent à marée basse. Une fois la marée montante, celle-ci va remplir et cacher le trou : la mer paraît ici assez calme, mais ce calme peut au contraire masquer un courant de sortie. Même si cela peut paraître contre-intuitif, il faut donc plutôt se baigner dans les vagues, et bien entendu dans la zone de bain délimitée par les sauveteurs. 

Où trouve-t-on des courants de baïnes en France ? 

Principalement dans les fonds sableux des côtes de l’Atlantique et de la Manche, mais également en Méditerranée. Même si l’effet marée y est moindre, des retenues d’eau peuvent se créer au gré des rochers ou d’éléments non-naturels (digues) et créer des courants de sortie équivalents. Les embouchures de rivière peuvent aussi favoriser la création de bancs de sable ou les déplacer, créant ainsi des baïnes. Il est important de rester humble et vigilant : leur position est par nature toujours mouvante. 

Quelles sont les bonnes pratiques à respecter pour ne pas se laisser entraîner par ces courants ?

Les baïnes engendrent deux types de risque. Le premier est de se faire emporter au large si l’on est pris dedans. Ensuite, si la marée est descendante, on peut également risquer de se faire coincer sur un banc de sable, entre la baïne et la plage, et ne plus parvenir à regagner le bord. (voir schéma). 

Voici les recommandations des Sauveteurs en Mer de la SNSM : 

  • Baignez-vous toujours sur une plage surveillée et dans les zones de baignade. Cette zone est délimitée par des drapeaux bleus ou rouges et jaunes, dans le cas des plages dangereuses dont la configuration peut se modifier sous l’action des marées et des courants, comme sur les plages des Landes ou de la Côte Basque.
  • Avant d’aller à l’eau, renseignez-vous au poste de secours au sujet de la présence éventuelle de courants. Regardez s’il y a des panneaux sur la plage 
  • Prévenez un proche que vous partez nager et donnez une durée approximative pour votre baignade.  En cas de retard inquiétant, vos proches pourront déclencher les secours.
  • Restez dans votre zone d’évolution : le débordement de la baïne va dans un premier temps créer un courant latéral qui peut vous entraîner vers le large. Il est pour cela important lorsque l’on part nager de prendre un repère visuel fixe à terre (un rocher, un bâtiment, un arbre, son parasol…) afin de remarquer que l’on se déporte vers la droite ou la gauche et de revenir vers son point de repère si c’est le cas.  
  • Si vous vous retrouvez pris.e dans un courant de baïne, il ne faut surtout pas chercher à nager à contre-courant. Laissez-vous porter par les flots, sans paniquer, tout en attirant l’attention des personnes sur la plage ou d’autres pratiquants de la mer (surfeurs, planchistes, etc.). Nagez parallèlement à la plage puis rejoignez la côte quand vous vous trouverez dans des eaux avec moins de courant ou des vagues pour vous ramener à terre. 
  • Lorsque vous vous laissez emporter, gardez la tête hors de l’eau, appelez à l’aide et faites des signaux pour vous faire repérer par un nageur, un surfeur à proximité ou par les sauveteurs sur la plage.